Qu’est-ce que le krill de l’Antarctique?

20141101_Quest-ce-que-le-krill-de-lantarctique

 

Le krill de l’Antarctique, connu aussi sous le nom Euphausia superba, réside dans les eaux claires de l’océan Austral et il est la plus large espèce des 85 espèces de krill connues. En moyenne, ces zooplanctons invertébrés vivent entre 5 et 7 ans, mais peuvent survivre jusqu’à 10 ans. Malgré leur petite taille (de 1 à 2g), la biomasse totale du krill de l’Antarctique est estimée à 500 millions de tonnes – ce qui équivaut environ au total de la masse de la population humaine.

 

Caractéristiques du krill

D’une longueur approximative de 5 à 6cm de long, le krill de l’Antarctique est un petit crustacé qui ressemble à une crevette. Le krill est reconnu pour ses grands yeux noirs qui sont remplis d’astaxanthine, par son corps semi-transparent, son exosquelette mou, et sa teinte rougeâtre. Son système digestif est d’un vert vif, soit de la même couleur que la nourriture riche en chlorophylle qu’il consomme.

 

Le régime du krill
Le krill de l’Antarctique est principalement herbivore, bien qu’il puisse se nourrir d’autres petits zooplanctons. En été, il se nourrit de phytoplanctons, ou d’autres plantes unicellulaires qui sont à la surface de l’océan et qui absorbent le dioxyde de carbone produit par la lumière du soleil.

 

En hiver, la faible lumière du soleil crée un environnement pauvre en nutriments à la surface de l’océan. Lorsque la production de nourriture est basse, le krill prospère grâce aux algues qui se trouvent le long de la face des glaciers de l’Antarctique ou sinon il jeûne. Heureusement pour ces créatures résistantes, elles peuvent survivre jusqu’à 200 jours sans manger même si elles rapetisseront à cause du manque de protéine.

 

La teneur en lipides des oméga-3 AEP et ADH dans le krill de l’Antarctique peut varier selon les principales microalgues présentes dans l’environnement duquel il se nourrit. Si ce sont des diatomées, il y aura plus d’AEP; s’il y a plus de flagellées, le taux de DHA sera plus élevé.

 

Comportement du krill
Afin de mieux se protéger des prédateurs, le krill se déplace constamment en essaims à travers l’océan. Pendant le jour, il retourne au bas des colonnes d’eau et demeure près du fond de l’océan. Pendant la nuit, il remonte les colonnes d’eau vers la surface afin de chercher de la nourriture. Selon la saison, le krill peut se regrouper en essaim si dense que certaines régions de la surface de l’océan prennent une couleur rougeâtre.

 

Le krill et la chaîne alimentaire

Le krill de l’Antarctique est retrouvé à la base de la chaîne alimentaire. Même s’il est de petite taille, il est la source principale de nourriture pour plusieurs espèces marines, comme la pieuvre, le phoque, le pingouin, les oiseaux de mer, les poissons et d’autres formes de vie marine. En fait, même les gigantesques baleines se nourrissent de krill. Être en essaim protège le krill contre de petits prédateurs, mais c’est inutile contre les baleines qui ouvrent leur gueule et se nourrissent de larges portions en les retenant dans leurs filtres naturels appelés fanons. La pêche du krill capture chaque année moins de 1,5% de la biomasse totale estimée : cette quantité est loin d’affecter les espèces marines.

 

Bioluminescence

Le krill a le surnom de la crevette-lumière, car il peut émettre de la lumière produite par des organes bioluminescents. Ces organes se retrouvent sur plusieurs parties du corps du krill comme les pattes ou la queue. Ces organes lumières émettent périodiquement (jusqu’à 2 ou 3 secondes) une lumière vert-jaune . Ces lumières sont tellement développées qu’elles peuvent être comparées à une lampe-poche : il y a un réflecteur concave au dos de l’organe et une lentille à l’avant qui guide la lumière produite, et l’organe au complet peut être tourné par des muscles. La fonction de ces lumières n’est pas tout à fait comprise : certaines hypothèses suggèrent qu’elles produisent de l’ombre pour le krill, afin qu’il ne soit pas visible par les prédateurs. D’autres spéculations maintiennent qu’elles jouent un rôle significatif dans l’accouplement ou l’éducation pendant la nuit.

 

 

À propos de l’auteur

 

Luc Rainville, OcéanographeLuc Rainville possède un baccalauréat en Sciences biologiques de l’Université de Montréal ainsi qu’un diplôme de Maître en sciences (océanographie biologique) de l’Université Laval. De plus, il a complété son doctorat en océanographie à l’Université McGill. Il est présentement Directeur des affaires scientifiques chez Neptune. En tant que spécialiste du krill et autres biomasses marines, Mr Rainville se sert de ses connaissances accrues dans ces domaines afin de développer les nouvelles biomasses marines répondant à la mission de Neptune. Il fut l’un des fondateurs de la Société.